AVANT GARDE ZERO TEIL

Pour rendre plus actives et officielles nos actions communes et complémentaires avec StaCCato, notre démarche ne peut trouver meilleur vecteur d’expression que ces Zéro One.

 

Une proposition réunissant à la fois une présentation musicale spectaculaire et originale, un dessin esthète et une technologie élevée assistant uniquement le grave pour ce modèle Teil Aktiv.

 

Pour le contact visuel je dois dire que les Zéro sont hypnotisantes. Une expressivité contemporaine indéniable émane de ces mystérieux monolithes. Percées de deux trous noirs dont les masses incurvent la surface, formants ainsi deux pavillons, les Zéro capturent le regard. Seul le cache gris du haut-parleur de grave se soustrait à ce contraste mais il est possible de l’avoir en noir aussi. A l’arrière, derrière une trappe magnétique, la machinerie technologique de l’amplification et de sa correction ajoute une dose High-tech maitrisée.

Pour mes premières écoutes, une chose indéniable avec les ZERO c’est qu’elles transmettent une joie immédiate, vous invitent irrésistiblement au concert ! On a de l’énergie, de la vitesse et du détail, la moindre inflexion est transmise, leur capacité dans le grave est tellurique, on passe du concert au cinéma 70mm Dolby stéreo en un clin d'oeil, le souffle coupé...

 

Pour autant elles sont capables de distinction, la personnalité des appareils en amont est parfaitement lisible, démontrant que si elles proposent une approche personnelle, elles sont aussi un vecteur directe du message proposé en amont : enregistrement, lecteur, ampli sont à découvert et les mariages testés vous promettent de découvrir vos enregistrements et appareils comme jamais.

Un petit travail de réglage de l'assistance du grave est a faire préalablement, on peux agir sur le niveau et la fréquence, cela est très simple, un afficheur sur le panneau arrière vous assiste dans cette approche. Il faut faire cet effort, en effet l'incidence est telle et l'influence de l'ampli sur cette partie du spectre étant plus que notable on peux passer à coté d'un binôme méritant une écoute attentive : la première écoute sur un Jadis DA88S semblait indiquer que l'opulence de ce dernier condamnait un mariage franco-allemand visuellement dès plus décalé, pourtant après avoir trouvé les bonnes valeurs j'ai eu ma petite larme sur "Nantes" interprété par un Depardieu mêlant retenue et justesse, transformant les mots en images impressionnistes, une présence physique troublante et belle.

Avec le bon réglage le charme opère, particulièrement sur les cordes et les voix, le grave n'intervenant qu'en support, comme fondation nécessaire au déploiement des variations les plus subtiles, L'album Aromates, d'Abed Azrié, artiste Syrien que j'aime croiser depuis presque 25 ans maintenant, montre la capacité des ZERO dans la retranscription de la sensualité toute particulière du chanteur, hors du temps, portée par l'incroyable puissance d'instruments ancestraux dont l'origine semble appartenir à un autre monde et pourtant comme ancrée en nous.

Un essai avec l'AVM Inspiration CS 2.2 montre la plus grande polyvalence de ce dernier comme des Avant-Garde. Ce tout en un fait merveille car son approche est synchrone avec l'idée d'un ensemble ultra moderne permettant un accès très simple à toutes les sources actuels avec seulement deux appareils à brancher. En quelques minutes vous accédez à une proposition vivante, rapide, de la délicatesse, ça chante et c'est déjà bien !

Cela déclenche en moi  un pressentiment ou tout au moins une envie : un prochain essai avec le MICROMEGA M150 dont je pressent l'osmose vraisemblable. A suivre bientôt.

Mais on peux aller beaucoup plus loin avec ces fusées. Quelle joie lorsque de retour d'un périple breton pour tester la production de deux fabricants d'enceintes reprenant le principe des cellules Orthophase, Alain (staccato) propose de me laisser au passage les merveilles qui chamboulent nos oreilles et nos coeurs ces derniers temps : les Grandinote Shinaï et Volta, ampli et lecteur réseaux/dac, sans doute parmi les plus belles choses entendues depuis longtemps et c'est peu dire... Prenez rendez-vous chez staccato Nantes, vous comprendrez.

Alors là, on voyage, loin, beaucoup plus loin. Les Zéro deviennent des vaisseaux intersidéraux, si vous montez à bord et après avoir lancé les moteurs, votre mission sera de la plus haute difficulté : réussir à appuyer sur off !

Quelle joie ! Les ZERO en sont le vecteur irrésistible, même si c'est à leur façons un peu rentre dedans, elles mettent la banane sans négliger une approche sensible du détail et du dimensionnement :

L'incroyable délicatesse de la voix de Mitsuko Shiraï est accompagné d'un piano plausible et émouvant (O Komm im Traum - Litz 16 Lieder - Edition Capriccio).

Les moindres nuances, habituellement imperceptibles, dans les fréquences basses de Black Lake (Bjork album Vulnicura) portent plus que jamais l'émotion à fleur de peau de l'artiste, une présence physique intrusive capable de vous emporter loin, très loin.

La BO de Arrival par Johann Johannsson (Contact en France) permet de mesurer si parfois, certain d'entre nous, n'ont pas besoin d'un outil  ouvrant la voix du grand spectacle. La dimension physique de cette oeuvre aussi bien cinématographique que musicale ne peux s'appréhender sans pouvoir reproduire les nappes complexes indispensables à sa compréhension, avec une dimension et un niveau cohérent seuls moyens d'accès pour ressentir l'effroi que peut provoquer l'inconnu.

A partir de là, on a peur de rien : une démonstration improvisée lors d'une soirée hors cadre, où une auditrice vous demande si on peux écouter Rage Against The Machine comme si on y était, est possible avec les ZERO, elles savent faire du live comme on y arrive jamais, ça déchire fort et bien ! La nuit fut courte ...

Enfin, notez qu'il existe un modèle tout actif avec corrections globales et que nous aimerions écouter bientôt. on vous tient au courant.

© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icon